Parlons Vélo 2019 : le vélo au coeur des Municipales

Le cyclisme dans la vie de tous les jours, un sujet au coeur des prochaines élections municipales. (DR)

Le baromètre Parlons Vélo 2019 intensifie la présence au coeur des municipales de la question du déplacement à vélo. Avis aux candidats : souvent la situation s'améliore, mais partout il reste du travail !

Depuis 1980, la Fédération des Usagers de la Bicyclette milite pour une pleine légitimité du vélo dans l'espace public. Forte de près de 330 associations, la FUB a été une actrice majeure du Plan Vélo et de la loi d'orientation des mobilités (LOM) enfin promulguée en décembre dernier.

Depuis 2017, la FUB milite autrement, grâce à son baromètre «Parlons Vélo», une vaste enquête, qui recense le ressenti des cyclistes sur les politiques cyclables locales. Un barème qui se fait selon plusieurs critères comme la sécurité et le confort en ville. Les chiffres de cette enquête pour 2019 ont donc été dévoilés récemment. En période d'élections municipales, ces informations constituent, un outil indispensable pour les candidats.

Car, à lui seul, le taux de participation délivre un message très clair : les questions liées aux mobilités douces et spécialement à la place du vélo dans l'espace public, comptent au rang des préoccupations principales des Français. Une plateforme dédiée permet aux citoyen.ne.s et aux candidat.e.s d'échanger, et de placer la question au coeur des élections. En effet l'édition 2019 a collecté près de 185 000 réponses, soit une augmentation de 63 % par rapport à 2017.

Le taux de participations à l'enquête «Parlons Vélo» (Parlons Vélo)

Observation préalable : la question du déplacement vélo quotidien ne concerne pas que le coeur des métropoles, bien au contraire. Pour preuve, la participation a explosé dans les agglomérations de petite taille, parfois de façon spectaculaire. Le cas de Lavaur petite commune du Tarn de 10 500 âmes, en est un exemple parfait. Là-bas, le nombre de réponses est passé de 2 en 2017 à... 100 en 2019.

Au total, le baromètre «Parlons Vélo» esquisse les conditions de circulation pour les cyclistes dans 768 villes (contre 323 en 2017). N'ont été retenues que les agglomérations ayant totalisé plus de 50 réponses, mais que plus de 5400 communes ont fourni au moins une réponse. L'enseignement global de cette enquête 2019 reflète une situation qui s'améliore (40 % des répondants en jugent), même si seules 43 villes ont obtenu une note supérieure à la moyenne.

Bien sûr, les disparités sont grandes, et ce sentiment de mieux varie notamment selon la taille des villes. Il ne concerne que 27 % des agglomérations de moins de 20 000 habitants, mais 56 % dans les villes de plus de 200 000 administrés.

Pour réaliser cette enquête, Parlons Vélo a demandé aux participants de noter de 1 à 6 les 26 affirmations réparties sur 5 thèmes, qui leur ont été faites. La moyenne globale obtenue a permis de caractériser les villes sur une échelle de catégorie allant de A + (climat vélo «excellent») à G (climat vélo «très défavorable»), en passant par «plutôt favorable», «plutôt défavorable» etc. _ un peu à la façon des diagnostics énergétiques immobiliers.

De toutes les villes premières dans leur catégorie, Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) est celle qui à la moins bonne note. (Parlons Vélo)

Autant dire que le A est rarissime - seule Saint-Lunaire (2 356 habitants) l'obtient dans la catégorie «moins de 20 000 habitants». Les villes étant classées en cinq catégories démographiques, notons le «climat vélo favorable» (B) de Grenoble. La ville d'Éric Piolle se place ainsi en tête des «100 à 200 000 habitants», mais elle enregistre aussi la meilleure progression.

(Parlons Vélo)

Dans la catégorie métropole (+ de 200 000 hbts), on s'étonne guère de trouver Strasbourg en tête. Mais il est notable que, attributaire d'un «D» («moyennement favorable») et d'une note globale tout juste moyenne (3,24) Paris se voie désignée comme la meilleure progression. Trois applications fournissant les résultats détaillés (data, infographies, cartographies) sont consultables en ligne.

publié le 14 février 2020 à 09h05
commentaires (7) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
napnap13 le 20 février 2020 à 18h55

est ce un choix ou un problème professionnel voire personnel qui te fait habiter à 72 kms de ton travail ?

répondre
0
0
voir tous les commentaires... (7)