Kevin Tillie, après la victoire de l'équipe de France contre le Portugal à l'Euro : « Le plus dur commence »

Le réceptionneur-attaquant de l'équipe de France est satisfait du sérieux de son équipe, vainqueur dimanche, contre le Portugal, de son troisième match sans perdre un set à l'Euro. Mais il s'attend à faire face à un autre niveau, dès lundi soir (20h45), contre la Bulgarie.

Kevin Tillie (réceptionneur-attaquant de l'équipe de France) : « C'était important de bien rentrer dans cette compétition, d'être le moins fatigué possible, parce que le programme est long. Perdre des petits sets par-ci par-là peut vite se révéler frustrant. On a été sérieux, on n'a pas fait ces petites fautes que les adversaires peuvent parfois commettre. On savait que ces trois premiers adversaires étaient à notre portée, encore fallait-il les aborder avec le plus grand sérieux. On a eu des petites blessures, mais malgré cela, ça fait du bien de pouvoir montrer que l'on est là. Maintenant, le plus dur commence. »

Stéphen Boyer (attaquant de l'équipe de France) : « J'ai d'abord envie de retenir le sérieux, la concentration que nous avons eu tout au long de ce match face au Portugal, même si on les a un peu perdus dans le 3e set. Comme la veille face à la Grèce, on s'est réveillé tous ensemble. Mais la vraie satisfaction, c'est d'avoir perdu le moins de temps possible. On est dans les meilleures conditions possibles pour affronter la Bulgarie, puis l'Italie. On est tous un peu excité, on sait que ça va être plus compliqué, mais on se dit, peut-être, dans un coin de nos têtes, que tout commence vraiment demain. »

Barthélémy Chinenyeze (central de l'équipe de France) : « Nous sommes montés en puissance au fur et à mesure des matches. Il faut continuer comme ça. On a joué chaque match à fond, sans jamais s'endormir, on n'est pas tombé dans un piège, on a joué comme si c'était une finale comme dit Laurent (Tillie). La Bulgarie et l'Italie sont des adversaires d'un autre niveau. Parfois, on va être derrière, et il faudra rester aussi calme que face au Portugal par exemple. Nous sommes bien lancés en tout cas. Ça fait plaisir de commencer par trois victoires 3-0. Maintenant, il va falloir faire pareil, voire plus pour espérer gagner et arriver en bonne position à Nantes. »

Antoine Brizard (passeur de l'équipe de France) : « On s'est fait un peu peur au 3e set, mais ce qui fait la différence par rapport aux dernières compétitions, c'est que l'on ne se frustre pas d'être accroché par des équipes à priori plus faibles. Ça, c'est super important pour la suite du tournoi. On sait rester sérieux et concentré, on ne s'énerve plus comme on pouvait le faire. C'est une forme d'humilité que l'on a retrouvée, et c'est super important de voir des mecs déterminés contre des équipes à priori plus faibles. Maintenant, ce match face à la Bulgarie va être très compliqué. Il va peut-être y avoir un peu de fatigue. Les Bulgares ont eu un jour de repos alors que nous allons enchaîner. Ils ont une très grosse équipe, un gros pointu, on va tout faire pour bien préparer ce match. »

publié le 15 septembre 2019 à 20h26 mis à jour le 15 septembre 2019 à 20h50
commentaires (1) commenter cet article
les mieux notés les plus récents
KYF2B le 16 septembre 2019 à 10h20

C est bien qu ils soient tous conscients que c etait "une phase d échauffement" avec 3 équipes super faibles (je pense que la Roumanie finira 24e/24) et que les vrais tests vont commencer contre des équipes d un tout autre calibre !

répondre
1
0