Fed Cup : pas favorites à Perth, les Françaises veulent croire à un troisième sacre

Pas favorites face à l'Australie de la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty, les Bleues, unies sous la houlette de Julien Benneteau, peuvent croire à une troisième étoile en Fed Cup.

Le capitaine Julien Benneteau semble indiquer à Caroline Garcia (de face) et Kristina Mladenovic le meilleur chemin pour ramener lundi en France une troisième Fed Cup. (J. Prévost/L'Équipe)

Fed Cup : pas favorites à Perth, les Françaises veulent croire à un troisième sacre

Pas favorites face à l'Australie de la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty, les Bleues, unies sous la houlette de Julien Benneteau, peuvent croire à une troisième étoile en Fed Cup.

L'échafaud est prêt, splendide, la guillotine aiguisée, impatiente. La Fed Cup aura droit à une mort royale ce week-end à Perth. Un an après la Coupe Davis, sa petite soeur va à son tour perdre la tête. Leurs bourreaux, des cols blancs ignorant l'histoire d'un sport qu'ils piétinent à grands coups de réformes dictées par l'appât du billet vert, auront bien du mal à faire avaler la pilule aux fans, lorsque douze équipes s'affronteront dans une enceinte froide et neutre, en avril prochain à Budapest, sans l'âme ni la ferveur d'un public partisan, chauvin à l'excès et électrisé derrière son pays.

Pour lire la suite, abonnez-vous :

déjà abonné ? se connecter
s’abonner pour lire la suite