« Jo » Alaphilippe, un père tellement fier

Jacques Alaphilippe, dit « Jo », était un musicien qui ne connaissait rien au cyclisme. Julian a construit son destin de champion au travers de défis avec ce vieux père mort dans la nuit de vendredi à samedi.

Julian Alaphilippe, maillot jaune sur le dos, avec son père Jacques, dit « Jo », lors du Tour de France 2019. (S. Mantey/L'Équipe)
Julian Alaphilippe, maillot jaune sur le dos, avec son père Jacques, dit « Jo », lors du Tour de France 2019. (S. Mantey/L'Équipe)

« Jo » Alaphilippe, un père tellement fier

Jacques Alaphilippe, dit « Jo », était un musicien qui ne connaissait rien au cyclisme. Julian a construit son destin de champion au travers de défis avec ce vieux père mort dans la nuit de vendredi à samedi.

Il s'est éteint paisiblement dans la nuit de vendredi à samedi dans sa maison de Domérat, sur les hauteurs de Montluçon. Durant la semaine, Jacques Alaphilippe résidait dans un EHPAD. L'octogénaire ne quittait pas son fauteuil dans lequel l'avaient cloué plusieurs accidents vasculaires-cérébraux. L'été dernier, à Reims, Julian lui avait offert, ému, le premier de ses quatorze maillots jaunes, au lendemain de son exploit à Épernay. Sa dernière image de son fils en course, c'était sur les Champs-Élysées trois semaines plus tard.

Pour lire la suite, abonnez-vous :

déjà abonné ? se connecter
s’abonner pour lire la suite